Lise MARZOUK SI

Elle se condensera dans le présent exclusif et dans l’action, refusant d’éprouver et redoutant la contamination du chagrin.; elle transfusera à son fils sa propre vigueur et sa combativité, le ramènera à ses ressources profondes, le rendra à ses rêves pour le préserver de l’instabilité du réel ; mais comme une sentinelle invisible elle saura aussi se faire oublier. Le récit témoigne aussi de ce que l’épreuve lui a révélé d’elle même, de son enfance qui s’oppose en tous points à celle de son fils, mais dont elle a su tirer cette énergie primale ahurissante et cet amour rayonnant. C’est un livre digne, très écrit, la tendresse et l’émotion affleurent, mais jamais l’auto complaisance et le pathos.
C’est une vraie réflexion, mais aussi un aboutissement car, dit-elle « Quelle qu’en soit l’issue, je ne veux pour aucun d’entre nous que ce qui fut n’ait pas été ». Sylvie Medori