L'Ulysse du premier romanPrix Ulysse

Prix Ulysse au Premier Roman

 

Prix au premier roman méditerranéen

 

Isabelle Mayault « Une longue nuit mexicaine », Gallimard éd.

Née en 1986, journaliste, écrivain, et éditrice, Isabelle Mayault a vécu à Beyrouth, Alger, Istanbul et Le Caire, où elle a écrit « Jours Tranquilles au Caire » et a collaboré à une revue littéraire.

La «longue nuit mexicaine» a duré 70 ans pendant lesquels des milliers de négatifs pris pendant la guerre d’Espagne ont disparu. La «valise mexicaine» passe de mains en mains jusqu’à Mexico. Le narrateur, héritant de ce trésor, remonte la chaine des passeurs anonymes qui, de l’Espagne en guerre au Mexique d’aujourd’hui, ont permis qu’il ne soit pas perdu. C’est l’occasion d’évoquer la guerre d’Espagne, la première guerre où l’image, signée Robert Capa, Gerda Taro ou David Seymour devient plus importante que le texte du reportage. Rappelant les vies aventureuses de ces trois photographes légendaires, Isabelle Mayault nous plonge dans la violence des combats et l’ambiance trouble de l’occupation; elle profite des angles morts de la réalité pour nous offrir des personnages féminins irrésistibles.

 

La sélection du Prix Ulysse

 

 

Mollusque de Cécilia Castelli éd. Serpent à plumes.

Cécilia Castelli nous embarque dans un récit hilarant et tendre : Le narrateur effondré, grand bâfreur de crabes désormais repenti, enquête sur la transformation en gastéropode de son meilleur ami.

 

Là où les chiens aboient par la queue d’Estelle-Sarah Bulle, éd. Liana Levi.

Le roman retrace les destinées de la famille Ezechiel, par les voix des trois enfants, Antoine, Lucinde et Petit-frère. Ils racontent l’histoire familiale depuis la guerre, l’ascension sociale difficile depuis la case de Morne-Galant, des taudis aux maisons à balcon de Pointe à Pitre.

 

La Vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui, éd. Gallimard.

Jmiaa, l’héroïne du roman, prostituée au fort caractère et à l’esprit vif, vit seule avec sa fille et tient son journal. Et certes, elle n’a pas la langue dans sa poche pour décrire le monde qui l’entoure…

 

La théologie du sanglier de Gesuino Nemus, éd. Actes Sud.

Un bandit en cavale est trouvé mort dans un fossé près du village ; l’enquête est menée parallèlement par les carabiniers et, à sa façon très personnelle, par Don Cossu, jésuite atypique, assisté du fils du mort, Matteo, véritable enfant prodige, et son ami Gesuino, un gamin mutique.

Partager sur ...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Buffer this page
Buffer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.